Pour les besoins de fabrication par impression 3D dans le secteur médical, il existe différentes technologies d’imprimantes 3D. Chacune va correspondre à un type de besoin en fonction de la précision attendue, de la solidité visée, de la bio-compatibilité requise, des dimensions, etc…

Procédé SLA (Stéréolitographie)

L’impression 3D par stéréolithographie a été inventée dans les années 1980 et fonctionne en durcissant une résine liquide avec des longueurs d’onde spécifiques de la lumière. La lumière solidifie le liquide via un processus appelé photo-polymérisation et construit couche par couche l’objet. Elle est l’une des formes les plus précises de l’impression 3D.

Comment cela fonctionne ?

  • La résine est maintenue dans un réservoir de résine.
  • La plate-forme de construction descend dans le réservoir et un laser UV positionné par deux galvanomètres (miroirs motorisés) suit une forme donnée dans la résine.
  • Au fur à mesure du durcissement de la résine liquide, il se crée des couches de l’objet. Ce processus est répété et la plate-forme de construction continue de se former jusqu’à ce que toutes les couches de l’objet sont terminées.

Contactez-nous si vous êtes intéressés par l’imprimante 3D SLA ‘FORM2‘.

 

Procédé FDM (Dépôt de matière fondue)

FDM signifie Fused Deposition Modeling, ce qui signifie simplement que lors de l’impression, le matériau est déposé en de simples couches 2D qui se superposent ensemble pour créer un objet 3D imprimé.

Comment cela fonctionne ?

  • Un fichier d’un modèle 3D (fichier .stl) est importé dans un programme qui va le décomposer en tranches (par exemple le logiciel Simplify3D) et va créer un code qui indique à l’imprimante les paramètres à utiliser pour la conception de chaque couche.
  • Ce fichier en « code G » est envoyé à l’imprimante 3D
  • Le filament de matière plastique est introduit à travers une buse chauffée où le matériau est fondu et déposé sur une plate-forme de construction.
  • Les couches sont déposées sur la plate-forme, puis sur chaque couche successive au-dessus de l’autre jusqu’à ce que l’objet 3D soit terminé.

Contactez-nous si vous êtes intéressés par l’imprimante 3D FDM ‘Ultimaker 3‘.

 

Procédé SLS (Frittage Sélectif par Laser)

Cette technique, connue en anglais sous le nom de SLS (Selective Laser Sintering), permet d’imprimer des objets fonctionnels sans avoir recours à un liant intermédiaire ou à une éventuelle étape d’assemblage. Cette technologie permet de faire des objets à partir d’une large gamme de matériaux dont des métaux comme le titane, l’acier et des alliages. Elle permet d’atteindre les plus hautes exigences des matériaux comme la résistance mécanique et la résistance chimique à la température. Les pièces finales sont totalement fonctionnelles.

Comment cela fonctionne ?

  • Un fichier d’un modèle 3D (fichier .stl) est importé dans un programme qui va le décomposer en tranches (par exemple le logiciel Simplify3D) et va créer un code qui indique à l’imprimante les paramètres à utiliser pour la conception de chaque couche.
  • Ce fichier en « code G » est envoyé à l’imprimante 3D
  • L’impression se fait couche par couche, à partir de poudres fusionnées, grâce à la température générée par un laser CO2